Concours-i-Lab-2019

HYMAG’IN

La start-up HYMAG’IN, adhérente du pôle AXELERA, s’est distinguée le 4 juillet dernier en remportant le Grand Prix du concours d’innovation I-Lab, le plus grand concours DEEP Tech de France. Un coup d’accélérateur pour cette start-up iséroise en pleine croissance ! 

HYMAG’IN

Camille Crouzet, Céline Bonnaud et Philippe Le Bouteiller

Créée en Janvier 2019, la startup iséroise HYMAG’IN développe un procédé industriel innovant permettant la synthèse de nanoparticules d’un oxyde de fer, la magnétite Fe3O4, à partir du recyclage de déchets ferreux dont la valorisation demeure encore limitée à l’heure actuelle.

Produite à l’échelle nanométrique, la magnétite présente en effet un panel de propriétés physicochimiques spécifiques (surface spécifique, magnétisme, densité) permettant le traitement de métaux lourds (arsenic, chrome ou plomb) et de polluants organiques (composés chlorés, pesticides, résidus de médicaments) contenus dans les eaux et les sols.

Portée par Céline Bonnaud (Directrice R&D), Camille Crouzet (Directeur général) et Philippe Le Bouteiller (Directeur Développement), la startup HYMAG’IN est issue de plusieurs années de recherches menées à l’Institut des Sciences de la Terre (ISTerre / OSUG – UGA, CNRS, USMB, IRD, IFSTTAR). Le procédé breveté développé par HYMAG’IN s’inspire en effet des processus géochimiques à l’origine de la production naturelle d’hydrogène, observés au fond des océans, qui consiste en une oxydation du coproduit ferreux en conditions dites hydrothermales, i.e. pour des températures de 150 à 350 °C et des pressions allant de 20 à 100 bars.

Par la valorisation des déchets issus de la sidérurgie en matériaux innovants à forte valeur ajoutée permettant la dépollution des eaux et de sols, le procédé développé par HYMAG’IN s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire. En effet, pour une tonne de déchets ferreux traités, on peut produire jusqu’à 950 kg de magnétite et 7kg d’hydrogène (1kg d’hydrogène = 100 km d’autonomie en voiture).

Après avoir réussi à convertir un large panel de déchets ferreux en magnétite, l’équipe se focalise désormais sur la réalisation, à l’échelle de 3 ans, d’un pilote industriel (pré-usine) pouvant traiter 200 tonnes de déchets par an. L’objectif sur le long terme est de créer une nouvelle filière de traitement des particules fines ferreuses, déchets qui ne sont actuellement pas recyclés (stockés ou enfouis) car trop fins pour être injectés dans des fours standards. A l’échelle mondiale, la production annuelle de ces déchets ferreux fins atteint plusieurs centaines de millions de tonnes par an.

Les domaines d’application possibles de la magnétite sont variés :

  • Traitement des effluents liquides
  • Dépollution des sols
  • Pigments et toners
  • Fonctionnalisation magnétique de matériaux
  • Catalyse hétérogène
  • Ferrofluides
  • Blindage électromagnétique

Grand vainqueur du concours iLab, HYMAG’IN a remporté une subvention de Bpifrance s’élèvant à 400 k€  pour un projet de 3 ans qui permettra à la startup de répondre à des problématiques R&D afin de préparer l’accès au marché de leur produit. Ce projet concerne notamment l’optimisation des propriétés physicochimiques des nanoparticules de magnétite suivant l’application visée, en étudiant :

  • L’influence de la matière première via le travail sur différents types de déchets sidérurgiques
  • L’influence des conditions de réaction (paramètres réactionnels, développement du procédé),
  • La caractérisation physico-chimique du produit, et applications en dépollution des eaux et des sols.

 

 

 

Concours d’innovation iLab

Créé il y a 21 ans de la volonté du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le concours iLab est un véritable accélérateur de croissance pour les entreprises innovantes, et s’est imposé comme une référence dans le monde de l’innovation. Il vise à renforcer le soutien à la création d’entreprises innovantes, de mieux accompagner le développement des start-up et d’encourager l’esprit d’entreprendre, en particulier auprès des chercheurs et des jeunes de l’enseignement supérieur.

Initié en 1999 par le ministère en charge de la Recherche dans le cadre de la loi sur l’innovation et la recherche, le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes, a été, depuis, reconduit chaque année avec un double objectif :

  • détecter et faire émerger des projets de création d’entreprises s’appuyant sur des technologies innovantes ;
  • favoriser le transfert des résultats de la recherche vers le monde socio‑économique.

Le concours attribue des Grands Prix à des lauréats nationaux dont les projets s’inscrivent dans l’un des 10 grands défis sociétaux :

  • Gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique ;
  • Énergie, propre, sûre et efficace ;
  • Stimuler le renouveau industriel ;
  • Santé et bien‑être ;
  • Sécurité alimentaire et défi démographique ;
  • Mobilité et systèmes urbains durables ;
  • Société de l’information et de la communication ;
  • Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives ;
  • Une ambition spatiale pour l’Europe ;
  • La sécurité des personnes.