12/12/2017

Retour sur la conférence « Des glycosciences à l’innovation » organisée par Glyco@Alps

Le pôle AXELERA était partenaire de cette conférence organisée le 14 novembre dernier par l’équipe de Glyco@Alps et qui a réuni plus de 80 participants. A cette occasion, AXELERA a été le « grand témoin » de la table ronde des industriels de la filière.

La communauté des glycosciences s’est réunie autour du thème « Des glycosciences à l’innovation : barrières et leviers » le 14 novembre à l’amphithéâtre du Centre Technique du Papier (CTP) à Grenoble.

Cette journée a réuni plus de 80 participants, rassemblant des chercheurs académiques de disciplines variées, des entreprises, le CTP, la SATT Linksium ainsi que les pôles de compétitivité Trimatec et AXELERA.

Des entreprises innovantes ont partagé leurs expériences de recherche et de développement basées sur les glycosciences :

  • Chomarat – nanofribrilles de cellulose (Ardèche),
  • Elicytil – production d’oligosaccharides (Isère),
  • Polymaris – production d’exopolysaccharides d’origine marine (Finistère),
  • Inofib – production de microfibrilles de cellulose (Isère),
  • SiaMed’Xpress – production d’oligosaccharides recombinants spécialiste de la glycosilation (Bouches-du-Rhône),
  • Inbiose – production d’oligosaccharides pour la nutrition infantile (Belgique),
  • Alganelle – production de glycoprotéines thérapeutiques (Savoie),

Ces entreprises ont souligné que le succès des innovations basées sur les glycosciences repose sur :

  • Une interaction forte avec le monde de la recherche, grandement facilitée par les parcours scientifiques des industriels
  • La nécessité de participer à des projets collaboratifs très structurants
  • Le besoin d’innovation dans les business models
  • L’exploitation industrielle d’une technologie issue de la recherche

Les entreprises sont confrontées aux barrières rencontrées classiquement par les entreprises innovantes :

  • Les problèmes de financement de l’innovation
  • Les performances de certains produits biosourcés n’atteignent pas celles des produits issus du carbone fossile. L’enjeu est de développer des produits hybrides ou à haute valeur ajoutée et non de substituer le carbone fossile par la biomasse
  • Les coûts de production restent souvent élevés
  • Les difficultés d’appropriation de la technologie par les industriels (exemple de la chromatogénie dans l’industrie du papier)
  • Dans le secteur de la santé, les validations réglementaires sont coûteuses et longues ; c’est un avantage pour les entreprises porteuses de solutions
  • Les objectifs de diminution de l’impact environnemental sont difficiles à atteindre

Ces entreprises ont signalé des freins spécifiques aux innovations dans les glycomics :

  • Le manque de standard de mesure pour les sucres
  • Le manque de structuration du secteur des glycomics (par exemple, l’absence de bases de données des molécules et des intermédiaires de synthèse).

Les glycosciences s’inscrivent dans l’économie des promesses. En effet, elles ont pour objectifs de créer des produits biosourcés et performants dans un contexte de diminution de l’empreinte carbone. Mais de nombreux verrous restent à lever pour répondre aux attentes sociétales.

Cet aticle rédigée par Aurélie LEVEL de l’INRA – aurelie.level@inra.fr