PULP & FUEL

Pulp and Paper Industry Waste to Fuel.

 

 

Le consortium

Le consortium de Pulp&Fuel est un partenariat solide entre des centres de recherche européens ainsi que des entreprises dans le domaine des technologies des biocarburants et des énergies renouvelables. Le consortium est composé de 10 partenaires, 2 petites et moyennes entreprises, 2 entreprises industrielles, 6 organismes de recherche et technologie. Les partenaires proviennent de 4 pays européens.

  • Le projet est coordonné par le CEA
  • Les partenaires sont : RISE, Sintef, IVL, EPFL, Sofsid, Fibre-Excellence, Grenoble INP, TOP Industrie, Absiskey

Financement

Le budget global est de 5 M€ financé par le programme H2020 de la commission Européenne.

Durée du projet

48 mois (octobre 2018 à septembre 2022)

Résumé

Le projet Pulp&Fuel porte sur la conversion thermochimique des déchets industriels produits dans une usine de pâtes à papier en biocarburants. Le projet montrera que c’est possible sans avoir un impact négatif sur les opérations existantes de l’usine de pâte. Le projet a choisi de démontrer son application à l’industrie de la pâte qui dispose de déchets secs et humides. Le concept et les technologies peuvent également être appliqués à d’autres industries, comme celle de la collecte et du traitement des déchets municipaux, celle de l’industrie alimentaire.

Les technologies mises en œuvre dans le projet Pulp&Fuel sont la gazéification par voies sèche et humide et la synthèse de carburants par voie Fischer-Tropsch (FT). La gazéification par voie sèche, telle qu’un lit fixe ou un réacteur à flux entraîné produit un gaz riche en hydrogène et monoxyde de carbone. La gazéification en voie humide, en eau supercritique, produit un gaz riche en hydrogène, dioxyde de carbone et méthane.

Pulp&Fuel bénéficiera de la synergie entre la gazéification par voie sèche et la gazéification par voie humide en eau supercritique. Les technologies de gazéification étudiées sont :

  • La gazéification en lit fixe qui est robuste et bon marché capable de produire un gaz de synthèse de qualité suffisante pour la synthèse FT.
  • Un gazéificateur à flux entraîné, plus complexe mais réputé pour sa qualité de gaz produit.
  • La gazéification en eau supercritique pour la liqueur noire et des boues de papeterie. Cette technologie permet la séparation des espèces inorganiques et la production maximale d’hydrogène.

Le gaz produit par la gazéification est appelé gaz de synthèse. Ce gaz de synthèse doit être purifié et le projet identifiera des technologies adaptées.

La synthèse de carburants par synthèse Fischer-Tropsch est connue depuis un siècle, mais il est possible de l’optimiser avec différents catalyseurs et réacteurs pour optimiser les performances pour une situation donnée.

L’intégration des différentes technologies dans un procédé de pâte à papier est l’objectif du projet. Le procédé de pâte à papier a des besoins énergétiques importants, de la vapeur haute pression dans le digesteur et de la vapeur basse pression dans le séchoir à pâte. Le procédé de gazéification et synthèse FT est globalement exothermique et produit de l’énergie thermique. L’optimisation et l’intégration énergétique des deux procédés permet d’identifier une synergie optimale entre la production de pâte à papier et la synthèse de carburant.

Cliquez ICI pour consulter le site internet du projet

CONTACT

Geert HAARLEMMER, Technologies pour Bioressources, CEA Grenoble : Geert.Haarlemmer@cea.fr

 

Projet soutenu par le pôle AXELERA