Intensification des procédés

Un réacteur chimique suffisamment miniaturisé pour que l’on puisse éliminer plus efficacement le dégagement de chaleur lié à la réaction, capable de fonctionner à plus haute température avec une cinétique accrue et sans danger.

Le pôle Axelera a labellisé le projet « Intensification des procédés ». Celui-ci a bénéficié d’une subvention dans le cadre du 1er appel à projets (FUI).

Contexte

Le concept d’usine du futur consiste à développer de nouveaux procédés respectueux de l’environnement, tout au long de la chaîne de fabrication d’un produit, jusqu’au devenir du produit fini, pendant et après son utilisation. Ces procédés consomment peu d’énergie, utilisent peu de matières premières, rejettent peu d’effluents. Ils utilisent des procédés de transformation efficaces.

L’intensification des procédés est l’un des moyens pour y parvenir. Elle revoit en profondeur les bases des procédés industriels traditionnels. Elle met en œuvre de nouvelles technologies et de nouveaux procédés qui conduisent à des unités de fabrication plus compactes, avec un plus faible impact visuel et d’encombrement sur l’environnement. Elle vise des unités moins consommatrices en énergie, en eau et en matières premières.  L’intensification des procédés se traduit le plus souvent par une miniaturisation, par des procédés opérant en continu et par l’usage de nouvelles technologies. 

Le projet était à l’origine du concept d’usine du futur. Il devait développer l’un des principaux outils d’éco-conception : l’intensification des procédés. Cet outil vise une nouvelle façon de produire, avec deux enjeux forts :

  • adapter les outils industriels pour s’affranchir des phénomènes de transferts limitant, par exemple produire en 1 min au lieu de 2 h, en s’exonérant des problèmes d’échange thermique ;
  • combiner plusieurs opérations sur un seul équipement. 

 Partenaires du projet

  • Arkema, porteur du projet, chimiste ayant un vaste domaine de procédés de fabrication.
  • Rhodia, chimiste ayant un vaste domaine de procédés de fabrication, complémentaire du précédent.
  • 8 laboratoires du CNRS: laboratoires experts en génie des procédés, déjà impliqués dans l’intensification pour certains d’entre eux, tels que le laboratoire de génie des procédés catalytiques (LGPC).
  • IFP Energies nouvelles, centre d’expertise de l’industrie pétrolière impliquée dans le développement et le pilotage de nouveaux procédés, avec l’objectif de les intensifier.